Hajime no Ippo

ippoAllez, pour une fois, je vais mettre de côté l’actualité manga pour faire parler cette fameuse passion qui est en vogue dans la communauté otaku francophone. Jevanni et J-Truc en a déjà parler sur leur blog respectif mais j’ai envie d’y mettre ma petite touche et de promouvoir cette licence que je juge excellente : Hajime no Ippo.

Tout commence au mois de février 1990 dans les pages du Weekly Shonen Magazine. George Morikawa y présente les premiers chapitres d’un manga de boxe mettant en scène le personnage d’Ippo. Jeune adolescent timide et isolé, il est régulièrement mis à parti par la bande de voyou de son lycée.  Un jour qu’il est en train d’être molesté, il est sauvé par un certain Takamura, boxeur professionnel. Notre jeune lycéen va alors être transporter dans un club de boxe pour y être soigner. Une fois sur pied, Takumura le fait taper dans un sac de sable et Ippo révele alors un certain talent pour la boxe. Cet évènement marque le début des aventures du jeune Ippo qui, au fil des chapitres, se découvre une passion pour ce sport. Sa volonté le pousse à intégrer le club de boxe de Takamura, tenu par Genji Kamogawa, et devenir boxeur professionnel.

Dans sa construction, Hajime no Ippo est le prototype même du shonen. Timide et peureux, Ippo possède néamoins comme tout héros de shonen qui se doit une sorte de pouvoir caché qui lui permet d’atteindre son objectif. Il est également armé d’un mental suffisamment fort pour lui permettre d’affronter différentes épreuves. Et dieu sait que, des épreuves, il va en subir : entraînement draconien, sparring, combat contre des ennemis de plus en plus fort, rien ne lui est épargné. De même, du point de vue du scénario, Hajime no Ippo est également un vrai shônen puisque la série peut très bien se résumer à une sucession de combats contre des boxeurs de plus en plus fort.

Présenté de cette manière, cette série ne présente pas un grand intérêt. Pourtant, Georges Morikawa va lui insuffler les éléments nécessaires pour en faire un best seller au Japon (imaginez, la série dépasse les 80 tomes !). Avec Aoki, Kimura et Takamura, il commence par créer des personnages attachants à souhait pour former un noyau dur autours d’Ippo. De cette manière, la série ne tourne pas toujours d’Ippo et chacun peut, en quelque sorte, prendre le rôle de personnage principal le temps d’un combat. Puis, il peaufine les personnages secondaires, les boxeurs que doivent affronter ces joyeux drilles et n’hésites pas à user de veilles ficelles. En parallèle, il met en place un scénario ou l’humour a toute sa place. Entre la préparation d’un combat et le combat en lui-même, il inclus des épisodes ou la comédie est reine. Dans ces séquences, il est question ni de préparation physiques, ni d’attaques, ni d’entraînement  mais uniquement détente et rire.

Ajouter à tout cela des combats rudiment mené, on obtient alors un cocktail détonnant. Et même si on dépasse parfois l’irréel, l’efficacité est telle qu’on se laisse rapidement prendre au jeu. En fait, Hajime no Ippo est la preuve en image que c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes. Et moi, ça me plain bien.

Publicités

~ par Beck sur juillet 14, 2009.

3 Réponses to “Hajime no Ippo”

  1. En fait, Hajime no Ippo est la preuve en image que c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes. >> Exact ! Même si le visuel de la seconde saison est tout de même meilleur que celui de la première saison (logique en même temps), le reste ne change pas avec un anime toujours aussi fidèle au manga. Et c’est ça qui rend génial l’animé HnI. Vivement la suite ! :)

  2. Juste un truc qui ferait un grand bien à la série. Virez Miyata. J’avais juste mes boules à l’ending de New Challenger de voir à quel point George Morikawa se donne du mal à le rendre crédible.

    Virez ce mec. Il a beau être doublé par Tomokazu Seki, virez-le. Envoyez le en Thailande ou un truc du genre, c’était bien ça.

  3. J’aime beaucoup Hajime no Ippo, j’avais fait un article aussi avant d’avoir visualiser une partie de la saison 2. D’ailleurs cette seconde saison est vraiment excellente. j’adore suivre le parcours d’autres boxeur comme Takamura et puis l’arrivée du petit nouveau est la bienvenue aussi.

    Certes HnI suit à la lettre les principes du shonen, mais je trouve que le mangaka arrive à insuffler la touche nécessaire d’humour et de réalisme qui rend cette série excellente.

    Comme dans tout anim/ manga de sport, il y a parfois des choses irréalistes mais dans l’ensemble je trouve le tout crédible. Là où dans un Eyeshield 21 (excellent aussi) on va avoir des phases de jeu et des coups spéciaux irréaliste dans HnI c’est moins le cas.

    Bref un excellent anim de sport où on sent tout l’amour qu’a le mangaka pour ce sport.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :